Les étapes de la FIV

Notre offre de soins

Les étapes de la FIV

1. La stimulation ovarienne

La stimulation ovarienne vise le recrutement d’une dizaine de follicules pour assurer le transfert d’embryons de qualité. Différentes hormones peuvent être administrées simultanément, il revient à l’équipe médicale de définir le protocole approprié en fonction du profil du couple infertile. Les médicaments sont administrés selon plusieurs protocoles : le protocole agoniste long qui représente 75% de notre activité, le protocole agoniste court qui est réservé aux femmes de plus de 37 ans et le protocole antagoniste qui est indiqué chez les femmes hyper répondeuses ou avec un antécédent d’hyperstimulation.

 

 

stimulation ovarienne

2. La ponction folliculaire

Cette étape consiste d’abord à recueillir les ovocytes après injection hormonale. Le prélèvement est réalisé sous contrôle échographique. Une simple anesthésie et une légère sédation suffisent à le rendre parfaitement indolore. Chaque follicule est ponctionné et vidé de son liquide par aspiration et transmis au biologiste qui l’examine à la loupe pour vérifier la présence de l’ovocyte. Les ovocytes recueillis sont placés dans un milieu de culture puis conservés dans un incubateur qui reproduit les conditions proches de celles rencontrées dans la trompe. La ponction est un acte médical qui se déroule au bloc opératoire sous anesthésie générale ou locale. La patiente doit se présenter à la clinique vers 08h à jeun, accompagné de son conjoint qui devra fournir un échantillon de son sperme.

ponction folliculaire

3. Recueil du sperme

Le recueil du sperme du conjoint se fait par masturbation le jour de la ponction folliculaire et l’éjaculat est recueilli dans un récipient spécial fourni par le laboratoire de FIV. Avant d’être utilisé pour la FIV, le sperme subit un traitement spécial au laboratoire. Ce traitement vise à obtenir une préparation contenant un fort pourcentage de spermatozoïdes mobiles et normaux quant à leur morphologie qui est exempte d’autres composants de l’éjaculat / du sperme.

Ce processus qui prend environ 1 à 3 heures vise entre autres à atteindre les objectifs suivants :

  • L’isolement des meilleurs spermatozoïdes
  • L’augmentation de la concentration en spermatozoïdes
  • L’activation des spermatozoïdes
  • L’élimination des bactéries et d’autres composants indésirables
recueil du sperme

4. La mise en culture au laboratoire

Chaque ovocyte recueilli est mis en présence d’un nombre suffisant de spermatozoïdes mobiles avant d’être placés dans un incubateur à 37°C. Bien qu’il soit préférable d’utiliser du sperme frais, la méthode est applicable avec du sperme congelé.

Lorsque les examens médicaux révèlent que le sperme renferme trop peu de spermatozoïdes aptes à féconder les ovocytes, l’injection intra-cytoplasmique d’un spermatozoïde est alors indiquée. Cette technique délicate et minutieuse s’avère efficace.

Le lendemain de la ponction, on transfère les embryons dans un nouveau milieu nutritif dépourvu de spermatozoïdes. A ce stade, on regarde au microscope si la fécondation a eu lieu ou non. Ce n’est que le 3ème jour qu’on sera certain de l’obtention ou non d’embryons. En théorie, presque tous les ovocytes pourraient se développer jusqu’au 3ème jour. Le choix des embryons à transférer est basé sur des critères morphologiques (taille des cellules, vitesse de segmentation et présence ou non de fragmentation), sans maîtriser réellement leur potentiel de développement.

Au Centre de fertilité Ghandi, nous tentons de favoriser le transfert sélectif d’un seul embryon au stade de blastocyste qui procure un taux de succès élevé. Il est bon de savoir que le  transfert de 2 embryons favorise les grossesses multiples sans pour autant augmenter le taux de grossesse global.

mise en culture au laboratoire

5. Le transfert d’embryons

Le transfert d’embryons consiste à  transférer l’embryon délicatement à travers le vagin et le col de l’utérus dans la cavité utérine à l’aide d’un très fin cathéter sous contrôle échographique. Ce geste n’est généralement pas douloureux et se fait sans anesthésie. Le risque de grossesse multiple augmente avec le nombre d’embryons transférés. A ce stade, le couple est associé à la décision, l’équipe médicale du centre vous informera au mieux pour vous aider à prendre une décision.

Ensuite les embryons  s’implantent dans l’utérus. Il s’agit d’un processus naturel qui ne peut pas être soutenu ou obtenu de force. Il faudra néanmoins opter pour un mode de vie sain, et éviter les étirements excessifs et les mouvements brusques.

transfert d’embryons

6. Les résultats

Les taux de succès de la FIV doivent être évalués de manière individuelle. Les chances d’obtenir une grossesse conduisant à une naissance vivante sont accrues lorsqu’une femme répond bien à la stimulation ovarienne (plus de 10 ovules par ponction) et que le transfert est fait à partir des meilleurs blastocystes (dans de tels cas, on peut s’attendre à un taux de grossesse plus élevé).

résultats FIV